Actualités Economie > Yves Leterme reste le "formateur" belge















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

Yves Leterme reste le "formateur" belge

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

Yves Leterme, formateur du gouvernement belge, jette l'éponge... ()

par Julien Ponthus et Emma DavisBRUXELLES (Reuters) - Yves Leterme, dirigeant chrétien-démocrate flamand...

Leterme formateur, Van Rompuy assistant BHV... ()

C'est le CD&V qui l'annonce au sortir de leur réunion de ce dimanche : Yves Leterme sera bien le formateur du gouvernement orange bleu, ce qu'on savait déjà, mais il sera cependant assisté par l'ancien explorateur Herman Van Rompuy, qui sera chargé des questions institutionnelles. Le CD&V tient tout de même à réaffirmer la préséance de « Monsieur 800.000 voix »,  précisant qu'Yves Leterme est... [[ Pour consulter la suite de l'article et accéder aux compléments d'info en vidéo et aux infographies, cliquez sur le titre ]]

Formation:les discussions ont eu lieu à l'hôtel Conrad... ()

Le formateur Yves Leterme a eu mercredi après-midi un entretien bilatéral - ou plus exactement trilatéral - avec les présidents des partis francophones de la possible orange bleu, Didier Reynders (MR) et Joëlle Milquet. Selon son porte-parole, il y a eu un échange de vues mais on n'a enregistré aucune avancée. La rencontre, que le formateur voulait tenir dans un lieu secret, a eu lieu à l'hôtel Conrad à Bruxelles. La présidente du cdH a répété au formateur que son parti était favorable à une meilleure collaboration des entités fédérées entre elles et de celles-ci avec l'Etat fédéral. Par contre, pour les autres revendications des partis flamands, elle reste sur sa position. C'est non, dit-on au cdH. Son porte parole a encore précisé que les présidents des partis francophones n'avaient toujours pas reçu communication de la liste élaborée par les partis flamands participant à la négociation et qui complète celle du formateur relative aux avancées communautaires réalisables à la majorité simple. Pour assurer la discrétion de ses contacts bilatéraux sur les dossiers communautaires, Yves Leterme a quitté Val Duchesse pour rencontrer ses interlocuteurs dans un endroit qu'il voulait tenir secret.

Les partis francophones ont rencontré Yves Leterme toute la journée... ()

Le formateur Yves Leterme et les représentants des partis francophones qui participent aux négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral se sont réunis toute la journée samedi. Ils ont traité des dossiers communautaires et plus spécialement des points relatifs à une meilleure collaboration des entités fédérées entre elles et avec l'Etat fédéral en matière d'emploi et sur quelques autres points de la politique socio-économique. En quittant le cabinet du Finances où la réunion avait lieu, le formateur, tout comme les présidents du cdH et du MR, Joëlle Milquet et Didier Reynders, ont qualifié la réunion de constructive et ont souligné qu'elle s'était passée dans une ambiance détendue. Yves Leterme tiendra une réunion similaire ce dimanche avec les formations flamandes, CD&V/N-VA et Open Vld.

Leterme doit reprendre contact ()

70 jours sans nouveau gouvernement. Le Roi a reçu en audience ce dimanche après-midi le formateur Yves Leterme, formateur. Il lui a demandé de prendre de nouveaux contacts politiques avant la reprise des négociations pour la formation du gouvernement. Réactions tous azimuts.

Belgique: Leterme renonce à former un gouvernement... ()

Le candidat au poste de Premier ministre en Belgique, le Flamand Yves Leterme, a décidé de démissionner et de renoncer à sa mission de formation d'un gouvernement national. Et ce en raison du blocage avec les partis francophones. Depuis le 10 juin, la Belgique est sans gouvernement. Le roi Albert II de Belgique a annoncé avoir accepté de retirer au Flamand Yves Leterme sa mission de formation d'un gouvernement. Reuters 2007 François Lenoir

Belgique: Yves Leterme jette l'éponge... ()

La crise politique belge s'est aggravée samedi. Le démocrate-chrétien flamand Yves Leterme, qui avait pour mission de former un gouvernement, a démissionné. La situation semble désormais inextricable.© TSR, 2007

Quand l'absence de Milquet énerve Yves Leterme...... ()

Le formateur Yves Leterme a pris ombrage du fait que la présidente du cdH Joëlle Milquet ne pouvait pas répondre à sa convocation de dernière minute pour une réunion bilatérale avec les présidents francophones ce jeudi matin. Leterme: stop ou encore (votez) - Votre avis sur l'attitude de Joëlle Milquet et d'Yves Leterme

Yves Leterme prend la Marseillaise pour notre hymne national !... ()

Le formateur Yves Leterme n'a pas fait bonne impression samedi sur la chaîne publique belge francophone (RTBF). L'homme fort du CD&V n'a ainsi pas pu dire ce qu'on fête le 21 juillet, jour de la fête nationale belge. Invité par le journaliste à chanter la Brabançonne, Yves Leterme a entonné la Marseillaise, l'hymne national français. Les images sont éloquentes. Juste avant le Te Deum à la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule samedi à Bruxelles, un journaliste de la télévision publique demande à Yves Leterme s'il sait ce qu'on commémore le 21 juillet. La proclamation de la Constitution, répond le formateur. Le journaliste souligne discrètement que ce n'est pas juste et que le 21 juillet correspond au jour où le roi Léopold Ier a prêté serment, en 1831. Yves Leterme se voit alors demander s'il connaît la Brabançonne. Un peu, répond-il. Le journaliste lui propose d'en chanter un morceau et Yves Leterme entonne un: Allons enfants de la patrie..., soit la Marseillaise, l'hymne national français. Le journaliste explique alors qu'il ne s'agit sans doute pas d'une plaisanterie, car le formateur ne chante pas non plus la Brabançonne lors de l'office. Pire, même, le reportage montre Yves Leterme en train de téléphoner pendant la messe. D'autres hommes politiques ne s'en sortent pas mieux. Ainsi, le nouveau ministre-président de la Région wallonne, Rudy Demotte, ne répond pas non plus correctement à la question de savoir ce qu'on fête le 21 juillet et le Premier ministre sortant, Guy Ve...

Crise belge... ()

Après cinq semaines de vains efforts pour amener les Flamands et les Wallons à s'entendre sur une nouvelle répartition des pouvoirs entre l'Etat fédéral et les trois régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles), Yves Leterme a abandonné la partie et a demandé au roi de le décharger de sa mission. Albert II est revenu précipitamment de vacances et a accepté la démission du « formateur ». Yves Leterme, qui a conduit son parti, le parti chrétien-démocrate flamand, à la victoire aux dernières législatives, avait été chargé de préparer la constitution d'un gouvernement dont il serait logiquement le chef. Il tentait de mettre sur pied une coalition baptisée « l'orange bleue », rassemblant démocrates-chrétiens et libéraux flamands et francophones. Mais les francophones refusent absolument les exigences flamandes en matière de réforme de l'Etat (à savoir une plus grande autonomie des régions). Le politologue Jean Faniel constate que s'il y a déjà eu des négociations très difficiles en Belgique, on ne voit pas cette fois quel consensus peut émerger permettant aux uns et aux autres d'avancer sans perdre la face. Néanmoins, ajoute-t-il, « beaucoup de choses peuvent encore être tentées » avant de parler d'une scission de la Belgique , même si ce scénario n?est désormais « pas à exclure »...

Poisse belge... ()

Le « vice-Premier ministre » belge Yves Leterme, censé former et diriger le prochain gouvernement, a été hospitalisé hier en raison d'une « hémorragie interne du système gastro-intestinal ». Il est depuis lors en soins intensifs, dont il pourrait sortir demain. Mais les médecins ne se prononcent pas sur la durée de son hospitalisation. Depuis les élections du 10 juin 2007, Yves Leterme a échoué deux fois à former une coalition gouvernementale. Un « accord » a été conclu en décembre, en vertu duquel un gouvernement provisoire a été ms en place, dirigé par le Premier ministre sortant Guy Verhofstadt, Yves Leterme devant lui succéder au plus tard le 23 mars. Mais les négociations entre Flamands et francophones n?ont pas encore abouti... Comme si cela ne suffisait pas, une polémique a éclaté ces derniers jours : la presse a publié des conversations entre Leterme et le roi à propos de la formation de la coalition. Or ces conversations sont censées rester confidentielles, et puisque certains détails ne pouvaient être connus que de Leterme, on suppose que c'est lui qui est à l'origine des révélations...

Crise politique sans précédent... ()

Près de six mois après les élections législatives, partis flamands et francophones ont de nouveau échoué samedi à former un gouvernement, enfonçant le pays un peu plus dans une crise qui fait craindre désormais l'éclatement du royaume. Le leader des démocrates-chrétiens flamands Yves Leterme , qui était chargé de cette mission en tant que formateur, a fini par jeter l'éponge. Je constate qu'il... [[ Pour consulter la suite de l'article et accéder aux compléments d'info en vidéo et aux infographies, cliquez sur le titre ]]

Dialogue de sourds entre Flamands et Francophones... ()

Le gouvernement belge, emmené par le néerlandophone Yves Leterme, va devoir trancher une bonne fois pour toutes, cette année, le dossier BHV. Il ne s'agit pas du célèbre magasin de la rive droite parisienne, mais de l'abréviation de « Bruxelles-Hal-Vilvorde...

Une ultime proposition de Leterme dirigée contre les francophones... ()

La fin semble proche si on en croit la dernière déclaration officielle du formateur Yves Leterme, mais quelle fin ? Celle de la crise ou celle de l'orange bleue ? Yves Leterme a fait une ultime proposition en matière de réforme de l'Etat aux potentiels partenaires de l'orange bleue durant la réunion de ce vendredi. Cette proposition comporte plus de thématiques qui pourraient être abordées par... [[ Pour consulter la suite de l'article et accéder aux compléments d'info en vidéo et aux infographies, cliquez sur le titre ]]

Le Roi a accepté la démission d'Yves Leterme... ()

Le Roi Albert II a accepté jeudi la demande que lui a formulée le formateur Yves Leterme d'être déchargé de sa mission, a annoncé le Palais royal après que le chef de l'Etat eut reçu M. Leterme en audience.Après sa visite chez le souverian, Yves Leterme a déclaré, vesr 20 heures 30, qu'il avait constaté ce jeudi midi qu'il était momentanément impossible d'arriver à mettre au point un programme de gouvernement ambitieux pour lequel l'électeur a donné un signal clair le 10 juin dernier. J'ai dès lors demandé à être relevé de ma mission de formation, a-til conclu. Quelles sont les solutions envisageables'  Il est difficile d'imaginer qu'Yves Leterme puisse rebondir. La balle est maintenant dans le camp du roi, qui peut se livrer à de nouvelles consultations ou nommer un autre formateur, a expliqué le politologue Pierre Vercauteren. Mais ce n'est pas parce qu'il y a un échec que c'est la fin de la Belgique. A la fin des années 1980, il avait fallu s'y reprendre à trois fois avant que Jean-Luc Dehaene ne devienne Premier ministre, rappelle M. Vercauteren. En tout cas, de nouvelles élections renforceraient sans doute les camps des radicaux des deux bords, ajoute-t-il.Tout a pourtant été tenté...Une réunion marathon entre les quatre partis qui tentaient de former l'Orange bleue, du nom des couleurs des partis libéraux et chrétiens-démocrates, s'est achevée jeudi matin à 04H00 sur un constat d'échec, Flamands et francophones ne parvenant pas à s'entendre sur le transfert de plus de p...

 Autres actualités


Formation referencement
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation referencement