Actualités Economie > NÉPAL: Le chef des maoïstes élu Premier ministre du Népal















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

NÉPAL: Le chef des maoïstes élu Premier ministre du Népal

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

[NEWS] [Népal] Le chef maoïste Prachanda chargé de former le prochain gouvernement... ()

Le chef des anciens rebelles maoïstes, Prachanda, a été chargé samedi de former le prochain gouvernement du Népal par le Premier ministre Girija Prasad Koirala. Depuis leur victoire aux élections de l'assemblée constituante du 10 avril dernier, les Maoïstes ont entamé des consultations avec les autres partis pour établir un gouvernement de coalition. Avec 220 sièges sur 601, le CPN-M (Communist Party of Nepal (Maoist) est devenu le premier parti mais ne pourra gouverner seul. "Il est essentiel d'avoir une coalition, car c'est le verdict du peuple, a déclaré l'un des dirigeants des ex-rebelles, C. P. Gajurel, avant d'ajouter "mais quelques dirigeants disent qu'ils ne vont pas rejoindre notre gouvernement. Si cela arrivait, nous pourrions avoir à former nous-mêmes le gouvernement".La nouvelle assemblée constituante se réunira pour la première fois mercredi avec un premier ordre du jour annoncé par les ex-rebelles : l'abolition de la monarchie.

[NEWS] [Flash] Népal : un nouveau gouvernement pour la nouvelle République... ()

Après avoir porté à la sa tête le chef des maoïstes ? au poste de premier ministre ? le 15 août dernier, la toute jeune République du Népal s'est dotée d'un gouvernement de coalition le 22 août. L'ancien chef de la rébellion maoïste, Prachanda, a réussi à boucler les tractations entre son parti ? majoritaire ? et les deux autres partis également présents au gouvernement, le Parti communiste du Népal marxiste-léniniste unifié (PCN-MLU) et le Madheshi Janaadhikar Forum, le parti d'une minorité ethnique du sud du pays.Les maoïstes aux postes-clésLes maoïstes s'emparent entre autres des ministères de la Défense et des Finances tandis que le PCN-MLU hérite de l'Intérieur. Les Affaires étrangères reviennent au Forum Madheshi et à son chef Upendra Yadav.Cette coalition est un succès pour Prachanda, qui voit son rêve de République prendre forme. Un triomphe pour les maoïstes qui continuent de figurer sur la liste « d'exclusion terroriste » établie par les Etats-Unis, bien que ceux-ci souhaitent travailler avec le nouveau régime népalais.Notre fil actu Népal

Le Népal passe de la monarchie au maoïsme capitaliste... ()

A la veille de la première réunion de l'Assemblée constituante qui signera l'abolition de la monarchie au Népal, le parti communiste maoïste se prépare à relever des défis très complexes, dont celui d'un développement économique alliant mondialisation et socialisme. Reportage.

[NEWS] [Népal] Abolition de la monarchie le 28 mai... ()

La monarchie devrait être abolie au Népal le mercredi 28 mai prochain. C'est en effet la date de la première réunion de l'Assemblée constituante, convoquée par le Premier ministre, Girija Prasad Koirala, selon une déclaration à l'AFP de l'un de ses conseillers, Aditya Baral. Les Maoïstes, vainqueurs de l'élection du 10 avril, avec 220 sièges sur 601, s'étaient engagés à mettre l'abolition de la monarchie à l'ordre du jour de cette première session."Ce sera une journée historique. Cette date sera connue à l'avenir comme le Jour de la République", a annoncé le dirigeant maoïste Dinanath Sharma. "Le Népal sera formellement déclaré un pays démocratique fédéral et nous allons nous débarrasser d'une monarchie vieille de 240 ans", a-t-il ajouté. Les dirigeants maoïstes continuent par ailleurs à consulter les autres groupes politiques pour constituer une nouvelle coalition gouvernementale, qui pourrait être opérationelle dans les jours à venir ou juste après cette première session de l'Assemblée.

[NEWS] [Géopolitique] Népal : fin de la monarchie ?... ()

Coup de tonnerre au Népal, où les maoïstes annoncent ce jour leur retrait du gouvernement provisoire. Après le parti du Congrès népalais (Nepali Congress), le premier parti du pays qui s'est prononcé en faveur de l'instauration d'une République, les maoïstes menaçaient de se retirer du gouvernement si le Premier ministre ne déclarait pas immédiatement la République du Népal. Le pays restant pour le moment une monarchie. Hier, lundi 17 septembre, les anciens rebelles ont mené des pourparlers avec l'ensemble des partis politiques du royaume. Aucun compromis n'a été trouvé, et aujourd'hui 18 septembre les quatre ministres maoïstes du gouvernement ont présenté leur démission au premier ministre Koirala. Le parti maoïste organise en ce moment même une manifestation à Katmandou. Rappelons que les élections pour élire une Assemblée Constituante (qui doit décider du sort de la monarchie) doivent se tenir en novembre prochain. L'objectif de Prachanda, le leader des maoïstes semble d'obtenir certes la fin de la monarchie dès maintenant, mais surtout des élections anticipées avec un scrutin à la proportionnelle pour amplifier une éventuelle victoire électorale. C'est une nouvelle crise politique majeure qui se profile et met en péril le processus de paix.Source : www.nepalnews.com

Le Népal s'apprête à abolir la monarchie et à proclamer la république... ()

L'assemblée constituante du Népal, issue des élections du 10 avril remportées par les ex-rebelles maoïstes, s'apprêtait mercredi à abolir la seule...

[NEWS] [Népal] Prachanda, le chef des maoïstes élu Premier ministre de la République du Népal... ()

Le vendredi 15 août 2008, Pushpa Kamal Dahal, dit Prachanda, a été élu Premier ministre de la République, à Kathmandou par 464 voix sur 557. Prachanda, a été élu deux mois après l'abolition de la monarchie et le départ du roi, constituant ainsi une nouvelle étape historique du processus de paix. Au Népal, durant le printemps 2006, tous les partis s'étaient alliés aux maoïstes dans des manifestations démocratiques, obligeant le roi Gyanendra à renoncer au pouvoir absolu. Le 21 novembre 2006, les forces politiques avaient scellé un accord de paix historique. Nationalisme, le républicanisme et la transformation socio-économique La victoire de Prachanda, consacre donc une incroyable histoire politique de deux ans au cours de laquelle les Népalais ont mis fin à la guerre civile, porté au pouvoir l'ex-rébellion maoïste et enterré plus de deux siècles de monarchie hindouiste en la remplaçant par une République. "Sous la direction de Prachanda, le grand programme du nouveau gouvernement sera le nationalisme, le républicanisme et la transformation socio-économique" a annoncé Baburam Bhattaraï, le numéro deux maoïste. Toujours présents sur la liste noire des organisations terroristes "Je suis très heureux et très ému", a simplement lancé Prachanda en quittant l'assemblée. L'ancien chef de guerre, un temps recherché pour terrorisme, portait des dizaines de guirlandes de fleurs orange, de châles en soie, et son front était enduit de poudre rouge en signe de bénédictio...

[NEWS] [Géopolitique] Népal : élection prochaine du Président de la République... ()

Un mois et demi après l'abolition de la monarchie, le premier Président de la République du Népal devrait être élu samedi. Cette annonce intervient après de nombreuses discussions, principalement axées sur le partage du pouvoir, entre les trois principaux partis politiques du pays. Pour l'instant, aucun accord n?a été trouvé sur le nom du futur Président.Une seule certitude, le poste de Premier ministre ira aux maoïstes, vainqueur des élections générales. Le poste de Président est donc en balance entre le parti du Congrès de l'ancien Premier ministre Koirala et les communistes. Ces derniers ont proposé le nom de Madhav Kumar Nepal, leur ancien chef battu aux dernières élections. Les maoïstes s'opposent à ces deux possibilités, préférant voir un membre de la société civile occuper ce poste avant tout symbolique. L'élection du Président est une étape fondamentale dans le processus démocratique engagé au Népal depuis deux ans. Il devra notamment faire prêter serment au Premier ministre et permettre ainsi la formation du futur gouvernement.  

[NEWS] [Géopolitique] Népal : élection prochaine du Président de la République... ()

Un mois et demi après l'abolition de la monarchie, le premier Président de la République du Népal devrait être élu samedi. Cette annonce intervient après de nombreuses discussions, principalement axées sur le partage du pouvoir, entre les trois principaux partis politiques du pays. Pour l'instant, aucun accord n?a été trouvé sur le nom du futur Président.Une seule certitude, le poste de Premier ministre ira aux maoïstes, vainqueur des élections générales. Le poste de Président est donc en balance entre le parti du Congrès de l'ancien Premier ministre Koirala et les communistes. Ces derniers ont proposé le nom de Madhav Kumar Nepal, leur ancien chef battu aux dernières élections. Les maoïstes s'opposent à ces deux possibilités, préférant voir un membre de la société civile occuper ce poste avant tout symbolique. L'élection du Président est une étape fondamentale dans le processus démocratique engagé au Népal depuis deux ans. Il devra notamment faire prêter serment au Premier ministre et permettre ainsi la formation du futur gouvernement.  

[NEWS] [Géopolitique] Népal : les maoïstes démissionnent... ()

Fin brutale de la monarchie ou crise politique majeure : tous les scénarios sont possibles au Népal, où les maoïstes ont annoncé hier leur retrait du gouvernement provisoire. Après le parti du Congrès népalais (Nepali Congress), le premier parti du pays qui s'est prononcé en faveur de l'instauration d'une République, les maoïstes menaçaient depuis plusieurs semaines de se retirer du gouvernement si le Premier ministre ne déclarait pas immédiatement la République du Népal. Le pays étant, pour le moment, une monarchie. Lundi 17 septembre, les anciens rebelles ont mené des pourparlers avec l'ensemble des partis politiques du royaume. Aucun compromis n'a été trouvé, et hier 18 septembre les quatre ministres maoïstes du gouvernement ont présenté leur démission au premier ministre Koirala. A l'heure actuelle, les maoïstes réclament une session extraordinaire du parlement, et une motion de défiance à l'égard du premier ministre. Rappelons que les élections pour élire une Assemblée Constituante (qui doit décider du sort de la monarchie) doivent se tenir en novembre prochain. L'objectif de Prachanda, le leader des maoïstes semble d'obtenir certes la fin de la monarchie dès maintenant, mais surtout des élections anticipées avec un scrutin à la proportionnelle intégrale pour amplifier une éventuelle victoire électorale. En bousculant le processus de paix, le parti maoïste paraît vouloir répondre, d'une part, à une partie de sa base qui s'impatiente devant le calendrier électoral prévu, ...

[NEWS] [Flash] Népal : démission du Premier Ministre... ()

Le premier ministre du Népal, Girija Prasad Koirala, a annoncé aujourd'hui sa démission, ouvrant la voie à la formation d'un nouveau gouvernement dirigé par les maoïstes, un mois après l'abolition de la monarchie. Alors qu'ils sont assurés de diriger le prochain gouvernement, les maoïstes réclamaient depuis plusieurs jours la démission du premier ministre Koirala, membre du Parti du Congrès et adversaire des maoïstes malgré sa culture du consensus.Quoiqu'il en soit, la démission du Premier Ministre n'est pas encore effective : en effet celle-ci doit être acceptée par le nouveau président de la République, qui n'a pas été encore élu."Nous sommes contents qu'il ait finalement démissionné. Nous l'exigions afin de pouvoir trouver un consensus politique", s'est félicité auprès de l'AFP le porte-parole maoïste Krishna Bahadur Mahara.

[NEWS] [Géopolitique] Elections au Népal : premiers résultats favorables aux maoïstes !... ()

Il ne s'agit pour l'instant que de résultats partiels mais la tendance est là : les maoïstes raflent plus de sièges que prévu ! Suite au scrutin de jeudi, qui doit pourvoir les 601 sièges de l'Assemblée Constituante, le dépouillement n'a encore commencé que dans la moitié des 240 circonscriptions du Népal. Seulement voilà : les maoïstes, ex-rebelles, seraient en tête dans 60 de ces 120 circonscriptions.Le leader maoïste Prachanda éluCertains attendaient les maoïstes au tournant, disant qu'ils étaient coupés du peuple, et que le tournant démocratique amorcé en avril 2006 n'était pas de leur fait. Il semble au contraire qu'ils ont su rassembler plus de voix, notamment à Katmandou. Ils y disposent déjà de onze élus alors que l'historique Parti du Congrès n'en a gagné que cinq. C'est à Katmandou que Prachanda, le leader maoïste longtemps clandestin a remporté sa victoire : il est d'ores et déjà élu à l'Assemblée Constituante.Prudence de miseMême si les maoïstes sont pour l'instant en tête il faut rester prudent : on ne connaît pas encore tous les résultats du scrutin, dans les plaines du sud (Teraï) notamment où les maoïstes sont moins implantés. En attendant, ceux-ci fêtent déjà leur victoire dans la capitale.Infos à suivre sur :RFINepal News

[NEWS] [Népal] Election de Ram Baran Yadav à la présidence de la République : les maoïstes battus... ()

Après deux jours d'incertitude, c'est finalement Ram Baran Yadav qui a été élu Président au terme du second tour de scrutin. Soutenu par le Parti du Congrès, il aurait recueilli 308 des 590 voix de l'Assemblée constituante, selon les premiers résultats fournis par la télévision officielle népalaise. Samedi dernier, aucun des trois candidats en lice n?avait réuni la majorité parlementaire ; les parlementaires ne s'entendant que sur le nom du futur vice-Président : Parmanandra Jha.Malgré ses fonctions symboliques, le nouveau Président de la toute jeune République népalaise devrait toutefois permettre de débloquer l'impasse politique que traverse le Népal depuis plusieurs semaines. Ainsi, la démission du Premier ministre il y a près d'un mois n?avait pu être entérinée, personne n?étant habilité à accepter cette démission ! Il s'agit d'une défaite de taille pour le parti maoïste, vainqueur des dernières élections mais ne disposant que d'une majorité relative à l'Assemblée. Son candidat, Ramraja Prasad Singh, n?a obtenu que 282 voix. La prochaine étape est la formation du gouvernement, même si l'échec des maoïstes pourrait retarder ce processus.

[NEWS] [Népal] Election de Ram Baran Yadav à la présidence de la République : les maoïstes battus... ()

Après deux jours d'incertitude, c'est finalement Ram Baran Yadav qui a été élu Président au terme du second tour de scrutin. Soutenu par le Parti du Congrès, il aurait recueilli 308 des 590 voix de l'Assemblée constituante, selon les premiers résultats fournis par la télévision officielle népalaise. Samedi dernier, aucun des trois candidats en lice n?avait réuni la majorité parlementaire ; les parlementaires ne s'entendant que sur le nom du futur vice-Président : Parmanandra Jha.Malgré ses fonctions symboliques, le nouveau Président de la toute jeune République népalaise devrait toutefois permettre de débloquer l'impasse politique que traverse le Népal depuis plusieurs semaines. Ainsi, la démission du Premier ministre il y a près d'un mois n?avait pu être entérinée, personne n?étant habilité à accepter cette démission ! Il s'agit d'une défaite de taille pour le parti maoïste, vainqueur des dernières élections mais ne disposant que d'une majorité relative à l'Assemblée. Son candidat, Ramraja Prasad Singh, n?a obtenu que 282 voix. La prochaine étape est la formation du gouvernement, même si l'échec des maoïstes pourrait retarder ce processus. Mise à jour : suite à leur défaite lors de l'élection présidentielle, les maoïstes ont annoncé leur refus de participer au futur gouvernement. Le Népal replonge donc dans l'impasse politique. Il y a en effet peu de chances pour que les autres partis parviennent à s'entendre et arrivent à former une coalition. Sans oublier l'instabilité in...

[NEWS] [Géopolitique] Népal : J-1 avant les élections... ()

Le Népal entre aujourd'hui, peut-être, dans son dernier jour de monarchie. Demain se déroulent les élections tant attendues, qui transformeront vraisemblablement le pays en une république, à moins que les royalistes ne l'emportent ce qui paraît hautement improbable. Un processus de paix périlleuxAprès dix ans d'une guerre civile larvée, le Népal avait connu la paix depuis les manifestations d'avril 2006 qui ont conduit les rebelles maoïstes à déposer les armes, et le Roi proche de l'éviction. Une paix fragile qui a mis deux ans à conduire aux premières élections au Népal depuis 1999, et les premières aussi importantes puisque ce n'est rien moins que l'élection d'une assemblée constituante qui se joue demain. Prévues à l'automne dernier, les élections avaient été repoussées pour cause de désaccord entre maoïstes et les partis démocratiques, les premiers souhaitant un scrutin à la proportionnelle qu'ils ont fini par obtenir. Des élections sous pressionAujourd'hui, le climat pré-électoral est tendu : lundi, six à sept maoïstes ont été tués par la police dans des circonstances peu claires, tandis que plusieurs attentats à la bombe ont secoué la capitale népalaise et ses alentours, faisant une douzaine de blessés la semaine dernière. Espérons toutefois que ces élections marqueront, avec succès, la fin d'un périlleux processus de paix.A lire aussi : Les manifestants tibétains arrêtés par la police népalaiseLes maoïstes obtiennent la future abolition de la monarchie

 Autres actualités


Formation referencement Google
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation referencement Google