Actualités Economie > BELGIQUE : Incertitudes sur la longévité du futur gouvernement















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

BELGIQUE : Incertitudes sur la longévité du futur gouvernement

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

La Belgique au bord de la crise institutionnelle... ()

Graphique interactif sur la crise politique en Belgique alors que la tension monte avant un vote des députés flamands qui menacent de remettre en cause les droits des francophones en périphérie de Bruxelles, ce qui ferait capoter les négociations en cours sur la formation d'un gouvernement.

La Belgique s'enfonce dans une crise politique sans précédent... ()

Près de six mois après les élections législatives en Belgique, partis flamands et francophones ont de nouveau échoué samedi à former...

Belgique: Leterme renonce à former un gouvernement... ()

Le candidat au poste de Premier ministre en Belgique, le Flamand Yves Leterme, a décidé de démissionner et de renoncer à sa mission de formation d'un gouvernement national. Et ce en raison du blocage avec les partis francophones. Depuis le 10 juin, la Belgique est sans gouvernement. Le roi Albert II de Belgique a annoncé avoir accepté de retirer au Flamand Yves Leterme sa mission de formation d'un gouvernement. Reuters 2007 François Lenoir

La crise atteint une durée 'record'... ()

La Belgique, plus tiraillée que jamais par la querelle communautaire entre Flamands et francophones, va battre mardi le record de la crise politique la plus longue de son histoire avec un gouvernement toujours introuvable près de cinq mois après les élections. Le précédent record de durée pour la formation d'un gouvernement dans le pays, 148 jours en 1988, sera selon toute vraisemblance dépassé... [[ Pour consulter la suite de l'article et accéder aux compléments d'info en vidéo et aux infographies, cliquez sur le titre ]]

Belgique : les Flamands osent... ()

Six mois sans gouvernement, un royaume au bord de l'éclatement. A l'origine de la crise politique sans précédent que traverse la Belgique, il y a l'histoire d'une revanche : celle des Flamands. Hommes politiques, militants, artistes, intellectuels, " Le Monde 2 " a rencontré, de Gand à Anvers, quelques grandes figures de ce renouveau.

La Belgique s'enfonce dans la crise... ()

Yves Leterme a de nouveau démissionné de sa fonction de « formateur » d'un nouveau gouvernement. Nommé une première fois le 15 juillet, il avait démissionné le 23 août. Après un mois d'« explorations » menées par Herman Van Rompuy, le président de la Chambre des représentants, le roi l'avait de nouveau chargé de cette mission, qui s'avère une mission impossible, tant le fossé est grand entre Flamands et francophones. Le roi devrait désigner aun nouveau formateur. La Belgique n?a plus de gouvernement depuis près de six mois. (Les Belges ne s'en portent pas forcément plus mal, mais c'est la survie du « royaume », fabriqué par les francs-maçons en 1830, qui est menacée.) Note : le premier « roi des Belges », Léopold Ier (Léopold de Saxe-Cobourg Gotha) avait été initié dans une loge de Berlin. Une franc-maçonnerie belge s'organisa dès l'indépendance, et dès février 1833 le Grand Orient de Belgique était placé « sous la protection spéciale » de Léopold Ier.

Le Roi consulte ()

Albert II a entamé cet après-midi les consultations de plusieurs présidents de parti, reçus tour à tour au palais de Laeken. Jo Vandeurzen, le président du CD&V, un des partis vainqueurs des élections de dimanche, a été le premier à être reçu vers 14h30. Le roi consulte les présidents de parti afin de désigner un informateur. Dans la matinée, Albert II avait reçu le premier ministre Guy Verhofstadt venu lui présenter sa démission ainsi que les présidents de la Chambre et du Sénat, Herman De Croo et Anne-Marie Lizin. En attendant l\'issue des consultations, M. Verhofstadt et ses ministres continueront à gérer ls affaires du pays. La constitution d\'une coalition promet toutefois d\'être d\'une rare complexité, tant les messages des électeurs des deux grandes communautés linguistiques sont contrastés. La Flandre, a plébiscité des partis comme le CDV d\'Yves Leterme --arrivé en tête avec 30% des suffrages-- qui souhaitent voir la Belgique aller plus loin dans le fédéralisme. En Fac, les partis francophones rejettent toute nouvelle réforme qui selon eux précipiterait l\'éclatement du pays. Si les partis flamands veulent modifier la Constitution pour donner plus de pouvoirs aux régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles), ils chercheront à bâtir un gouvernement s\'appuyant sur une majorité des deux tiers. Mais cela nécessiterait un élargissement aux socialistes flamands et francophones, les grands perdants du scrutin et qui, après 19 ans au pouvoir, pourraient retrouver l\'o...

Le Roi consulte ()

Albert II a entamé cet après-midi les consultations de plusieurs présidents de parti, reçus tour à tour au palais de Laeken. Jo Vandeurzen, le président du CD&V, un des partis vainqueurs des élections de dimanche, a été le premier à être reçu vers 14h30. Le roi consulte les présidents de parti afin de désigner un informateur. Dans la matinée, Albert II avait reçu le premier ministre Guy Verhofstadt venu lui présenter sa démission ainsi que les présidents de la Chambre et du Sénat, Herman De Croo et Anne-Marie Lizin. En attendant l\'issue des consultations, M. Verhofstadt et ses ministres continueront à gérer ls affaires du pays. La constitution d\'une coalition promet toutefois d\'être d\'une rare complexité, tant les messages des électeurs des deux grandes communautés linguistiques sont contrastés. La Flandre, a plébiscité des partis comme le CDV d\'Yves Leterme --arrivé en tête avec 30% des suffrages-- qui souhaitent voir la Belgique aller plus loin dans le fédéralisme. En Fac, les partis francophones rejettent toute nouvelle réforme qui selon eux précipiterait l\'éclatement du pays. Si les partis flamands veulent modifier la Constitution pour donner plus de pouvoirs aux régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles), ils chercheront à bâtir un gouvernement s\'appuyant sur une majorité des deux tiers. Mais cela nécessiterait un élargissement aux socialistes flamands et francophones, les grands perdants du scrutin et qui, après 19 ans au pouvoir, pourraient retrouver l\'o...

Belgique : les Flamands votent la scission de Bruxelles... ()

On en parlait lundi, c'est aujourd'hui chose faite : les députés flamands ont voté la scission de l'arrondissement mixte de Bruxelles-Hal-Vilvorde, provoquant le départ des francophones des discussions sur la constitution d'un gouvernement de coalition. La Belgique s'enfonce ainsi un...

Belgique: les Flamands déterminés à forcer la main aux francophones... ()

Les partis flamands menaçaient jeudi soir les francophones d'un coup de force au Parlement belge en faisant inscrire à l'ordre du jour un texte...

Conseil européen: Herman Van Rompuy respecte-t-il les valeurs européennes'... ()

La fierté des francophones belges fait plaisir à voir : depuis que leur Premier ministre Herman Van Rompuy est cité parmi les favoris dans la course à la présidence du Conseil européen des chefs d'État et de gouvernement, on a...

La Belgique replonge dans la crise... ()

Hier, la NV-A, un petit parti indépendantiste flamand, qui forme un cartel avec le parti du Premier ministre Yves Leterme, a décidé de retirer son soutien au gouvernement fédéral. Arithmétiquement, il existe toujours une majorité grâce aux partis francophones de...

La Belgique sans gouvernement'... ()

Nouvelle crise politique en Belgique. Le gouvernement soupçonné d'avoir fait pression sur les magistrats dans le cadre de la cession de Fortis à Paribas BNP, a présenté sa démission au roi ce 19 décembre 2008.

Belgique : Un Premier ministre malgré lui... ()

Le chrétien-démocrate flamand, Herman Van Rompuy, a finalement accepté de prendre la tête du gouvernement belge après la démission d'Yves Leterme. La précédente équipe ministérielle devrait être reconduite presque à l'identique. ...

Vers une sortie de crise politique en Belgique... ()

L'avancée des négociations entre démocrates-chrétiens et libéraux a permis au roi Albert II de charger le démocrate-chrétien Yves Leterme de former le futur gouvernement.

 Autres actualités


Formation au referencement
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation au referencement