Actualités Sciences > Pourquoi un bilan biologique pour le diagnostic du diabète ?















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

Pourquoi un bilan biologique pour le diagnostic du diabète ?

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

Pourquoi un bilan biologique pour le diagnostic du diabète ?... ()

Le principal critère diagnostic du diabète est un critère biologique, une augmentation du taux de glucose dans le sang soit : un taux de glycémie à jeun supérieur ou égal à 1,40 g/l à deux reprises ou une glycémie à jeun entre 1 g/l et 1,40 g/l à jeun et une glycémie deux heures après une charge en glucose supérieur ou égal à 2 g/l.

De l'altération isolée de la glycémie à jeun au diabète de type 2 : une progression évitable... ()

Des auteurs danois ont évalué, dans une population à haut risque, les déterminants qui mènent de l'altération isolée de la glycémie à jeun, et de l'intolérance aux hydrates de carbone, au diabète. Leur enquête s'inscrit...

Diabete et la glycémie... ()

La glycémie correspond au taux de sucre dans le sang, ce type de sucre est appelé glucose. Le taux peut être exprimé en grammes par litre (g/l) ou en millimoles par litre (mmol/l), un gramme par litre correspond à 5,55 millimoles par litre Le glucose est la principale source d'énergie de l'organisme.Le glucose présent dans le sang provient :- Des aliments contenant des glucides (sucres des aliments) ingérés au moment des repas - Du foie. Le foie produit du sucre à partir des glucides qu'il a stockés au moment du repas et à partir d'autres nutriments comme les lipides (graisses) ou les protéines. La glycémie à jeun est avant tout le reflet de la production du sucre par le foie, après les repas elle reflète surtout de la quantité de glucides contenus dans le repas. On parle de diabète lorsque la glycémie à jeun dépasse 1,26 g/l. Un tel taux n'occasionne le plus souvent aucun symptôme (on ne ressent rien), mais peut avoir à long terme des conséquences graves pour la santé.Une augmentation de la glycémie est causée par un manque ou une insuffisance d'action de l'insuline. L'insuline est une hormone fabriquée par le pancréas qui est situé dans l'abdomen, c'est le principal facteur permettant de réguler la glycémie. L'insuline permet au glucose de rentrer dans les cellules, elle agit au niveau d'un récepteur comme une clef dans une serrure. Normalement dès que la glycémie augmente de l'insuline est sécrétée par le pancréas.Dans le diabète de type 1, le pancréas cesse de produire de...

Les criteres diagnostiques du diabete sucre... ()

La définition précise de critères biologiques du diabète sucré a deux objectifs:- à court terme la normalisation glycémique pour supprimer les signes cliniques associés à l'hyperglycémie (perte de poids, syndrome polyuro-polydipsique)- à long terme, pour détecter les sujets à risque de complications dégénératives. Le suivi des complications notamment sur le plan de la rétinopathie, dans des populations à forte incidence de diabète, a permis une définition en rapport avec des objectifs de santé publique. CritèresLa définition du diabète sucré repose sur la mesure de la glycémie plasmatique à partir de sang veineux. Plusieurs circonstances diagnostiques sont possibles.1. Signes cliniques de diabète et glycémie à n?importe quel moment de la journée >= 2g/l (11,1mM/l)OU2. Glycémie après 8 heures de jeûn >=1,26g/l (7mM/l)OU3. Glycémie 2 heures après l'ingestion de 75g de glucose (HGPO) >= 2g/l (11,1mM/l)

DIABETE DEPISTAGE PREVENTION... ()

Le dépistage du diabète est à réaliser dans la population d'âge mur.Certes la recherche de sucre dans les urines est utile mais le moyen le plus fiable est le dosage du sucre dans le sang (glycémie), le sujet étant à jeun.Si plusieurs dosages successifs dépassent 1,4 grs/litre, le diagnostic est certain.Actuellement on parle de diabete si la glycémie à jeun dépasse 1,26 Gr par litreAu-dessus de 1,20 grs, on pourra pour confirmer le diagnostic faire une épreuve d'HYPERGLYCEMIE PROVOQUEE .Le dépistage doit être pratiqué de façon systématique chez les sujets à risque : 1) chez tout sujet ayant une symptomatologie évocatrice: polyurie (urines fréquentes), polydipsie (soif intense), amaigrissement, polyphagie (faim permanente),2) chez des sujets ayant des antécédents familiaux de diabète,3) en cas d'obésité de type androïde (graisse au-dessus de la ceinture) et sujets ayant un INDICE DE MASSE CORPORELLE supérieur à 27,4) chez les mères ayant accouché d'un enfant de plus de 4 kilos,5) chez les hypertendus: hypertension artérielle supérieure à 140/90,6) chez les sujets ayant un taux de HDL inférieur ou égal à 35 mg/dl et/ou des triglycérides supérieurs ou égaux à 2,50g/litre.La prévention repose sur la nécessité de traiter l'OBESITE , d'encourager l'exercice physique et de conseiller une alimentation équilibrée, les sujets à risques devant impérativement suivre ces conseils.Par ailleurs l'administration de statines (médicaments permettant la baisse du cholestérol) semble indipensabl...

Diabetes depistage prvention... ()

DIABETE DEPISTAGE PREVENTIONLe dépistage du diabète est à réaliser dans la population d'âge mur.Certes la recherche de sucre dans les urines est utile mais le moyen le plus fiable est le dosage du sucre dans le sang (glycémie), le sujet étant à jeun.Si plusieurs dosages successifs dépassent 1,4 grs/litre, le diagnostic est certain.Actuellement on parle de diabete si la glycémie à jeun dépasse 1,26 Gr par litreAu-dessus de 1,20 grs, on pourra pour confirmer le diagnostic faire une épreuve d'HYPERGLYCEMIE PROVOQUEE .Le dépistage doit être pratiqué de façon systématique chez les sujets à risque : 1) chez tout sujet ayant une symptomatologie évocatrice: polyurie (urines fréquentes), polydipsie (soif intense), amaigrissement, polyphagie (faim permanente),2) chez des sujets ayant des antécédents familiaux de diabète,3) en cas d'obésité de type androïde (graisse au-dessus de la ceinture) et sujets ayant un INDICE DE MASSE CORPORELLE supérieur à 27,4) chez les mères ayant accouché d'un enfant de plus de 4 kilos,5) chez les hypertendus: hypertension artérielle supérieure à 140/90,6) chez les sujets ayant un taux de HDL inférieur ou égal à 35 mg/dl et/ou des triglycérides supérieurs ou égaux à 2,50g/litre.La prévention repose sur la nécessité de traiter l'OBESITE , d'encourager l'exercice physique et de conseiller une alimentation équilibrée, les sujets à risques devant impérativement suivre ces conseils.Par ailleurs l'administration de statines (médicaments permettant la baisse du cho...

Glycémie à jeun et rétinopathie : une relation qui pousse à revoir les critères de définition du diabète... ()

L'OMS et l'American Diabetes Association définissent le diabète par des glycémies à jeun atteignant ou dépassant 7 mmol/l, en supposant l'existence d'une valeur seuil nette séparant sujets à haut risque et sujets à faible...

Qu'est-ce que le « pré-diabète » ?... ()

On vous a peut-être dit que vous avez un pré-diabète si vous présentez : Une glycémie à jeun comprise entre 110 et 125 mg/dl Un taux sanguin de glucose compris entre 140 et 199 mg/dl lors de la mesure à deux heures d'un test de tolérance au glucose par voie orale Pourtant, la plupart des personnes à qui on annonce ce « diagnostic » de pré-diabète sont en réalité affectées par une maladie qui porte un nom différent. En effet, des experts du National Cholesterol Education Program estiment que ce terme de « pré-diabète » devrait être abandonné. A la place, il conviendrait de parler de :Résistance à l'insuline : il s'agit d'une affection au cours de laquelle l'organisme, ne répondant pas normalement à l'insuline, se met à produire de plus en plus d'insuline pour faire passer du glucose depuis la circulation sanguine vers les cellules. La glycémie finit par redevenir normale, mais ces taux élevés d'insuline peuvent causer des complications : Hypertension artérielle Caillots bouchant les artères Diminution du taux du « bon » cholestérol HDL Perturbation de la tolérance au glucose : c'est la conséquence potentielle de la résistance à l'insuline. Avec le temps, l'organisme n?est plus capable de produire assez d'insuline pour faire baisser la glycémie, dont les valeurs augmentent légèrement. Les complications sont les mêmes que celles observées chez les diabétiques de type 2 : troubles rénaux, oculaires et cardiovasculaires. Diabète de type 2 : c'est la forme la plus commune de diabèt...

Diabète insulinodépendant (traitement) (III)... ()

Analyses médicalesUn sujet jeune doit avoir une glycémie comprise entre 0,7 et 1,20 g à jeun et inférieure à 1,6 en post-prandial (après le repas). Un individu âgé pourra avoir une glycémie légèrement plus élevée. Celle-ci doit avoir lieu à jeun et posteprandiale (après les repas). La mesure de l'hémoglobine glycosylée (appelée également hémoglobine glyquée, hémoglobine A1c ou Hb A1 c) est également nécessaire. Cette variété d'hémoglobine est le résultat de l'accolement (fixation) d'une molécule de glucose sur la molécule d'hémoglobine (pour les spécialistes : sur la valine en position terminale des 2 chaînes b de la globine). L'hémoglobine est une molécule contenue par les globules rouges et qui permet de transporter l'oxygène et le gaz carbonique dans le sang. L'intérêt de la mesure de l'hémoglobine glycosylée est le suivant : sa quantité est proportionnelle au taux de sucre, plus précisément à la concentration de glucose à l'intérieur des globules rouges (intra érythrocytaire) et donc au taux de glycémie (quantité de sucre dans le sang). Le dosage de l'hémoglobine glyquée est le reflet de l'équilibre du diabète durant les deux à trois mois précédant ce dosage. Ceci signifie qu'un taux d'hémoglobine glyquée située entre 7 et 7,5 indique une glycémie normale durant les deux à trois mois précédant le dosage. Pour prévenir les complications les diabétologues conseillent de maintenir ce taux d'hémoglobineA1c au-dessous de 6,5. Objectif le plus souvent difficilement réalisable (...

Les critères diagnostiques du diabète sucré... ()

Vous trouverez ci-dessous les critères diagnostiques du diabète sucré :1- Symptômes du diabète (polyurie, perte de poids inexpliquée) et glycémie quelle que soit l'heure de prélèvement, y compris postprandiale, supérieure à 2 g/l.2- Glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l, ce chiffre devant être vérifié à deux reprises. 3- Glycémie supérieure à 2 g/l après ingestion de 75 g de glucose per os. Cependant, ce test d'hyperglycémie provoquée orale, qui ne fait pas l'objet de recommandations claires actuellement, n?a pas de place dans la pratique médicale courante.Il existe deux types de diabète : le diabète de type I nécessite un traitement quotidien par de l'insuline, le diabète de type II associé le plus souvent à un surpoids, peut être traité par un régime et/ou des médicaments. Le diabète de type II concerne neuf diabétiques sur dix environ. Le dépistage : pour qui ?Les grandes études concernant le dépistage du diabète sont essentiellement nord-américaines et montrent que, sur le territoire américain, malgré une prévalence du diabète supérieure à celle observée en France (6 % contre 3 %), il ne semble pas justifié de proposer un dépistage systématique du diabète de type 2 dans la population générale. L'ADA propose, en revanche, un dépistage du diabète ciblé sur les sujets à risque tels que les collatéraux du premier degré de diabétiques, les obèses, les hypertendus, les dyslipidémiques, les insuffisants rénaux, les femmes ayant un antécédent de diabète gestationnel. Ce dépistage...

DIABETE NON INSULINO DEPENDANT TRAITEMENT (III)... ()

Une nouvelle classe thérapeutique dont le chef de file est le repaglinide (commercialisé en France en 2000 sous le nom de novonorm) permet d'obtenir un bon contrôle glycémique tant sur la glycémie à jeun que post-prandiale (après le repas) La régulation post-prandiale de la glycémie est un nouveau concept thérapeutique destiné à améliorer ou à restaurer la sécrétion d'insuline après la prise alimentaire.Ce nouveau médicament dérivé de l'acide benzoïque stimule la sécrétion d'insuline en fermant les canaux potassiques mais en se fixant sur des sites cellulaires différents de ceux des sulfamides hypoglycémiants.Ce médicament a une courte durée d'action, ce qui en fait le régulateur idéal de la glycémie post-prandiale.Pris avant le repas il stimule rapidement la sécrétion d'insuline si le taux de glucose est élevé, mais ne la stimule pas si ce taux de base est redevenu normal entre les repas.Par ailleurs le repaglinide permet d'obtenir un bon contrôle glycémique à long terme, comme le prouve la réduction significative de hémoglobine glycosyléeSa prise est très simple: un repas un comprimé, pas de repas pas de compriméLes glitazones (pioglitazone et rosiglitazone) entraînent une forte diminution de l'INSULINORESISTANCE( Voir ce terme) hépatique et musculaire.Elles diminuent la glycémie à jeun, et post prandiale, font baisser le taux de l'hémoblobine glycosylée peu à peu dans le temps.Elles peuvent être associées à la prise de sulfamides ou de metformine.Elles ont une action bénéf...

Le diabète est courant.... ()

Au moins une personne sur 25 est touchée par le diabète.Le diabète est maîtrisable. Bien qu´aucun remède n´existe contre le diabète, il est possible de le gérer en maintenant la glycémie à un niveau équilibré. Un régime alimentaire approprié, des exercices physiques et éventuellement des médicaments vous y aideront.Le diabète dure toute la vie. Vos taux de glycémie s´améliorent généralement grâce au traitement. Cela ne signifie pas pour autant que votre diabète ait disparu : cela veut simplement dire que votre glycémie est équilibrée.Le diabète demande une auto-surveillance. Vous avez besoin d´une équipe qui vous conseille et vous aide. Cependant, le contrôle de votre diabète dépend de VOUS. Le taux de glycémie dépend de ce que vous faites chaque jour.Le diabète évolue de manière permanente. Votre médecin peut vous faire changer de médicament ou de programme de traitement, parce que votre diabète peut évoluer au fil du temps.

Rythme des mesures de la surveillance de la glycémie... ()

Le rythme des contrôles glycémiques, leur fréquence ainsi que leurs horaires, est déterminé par le diabétologue. Les heures le plus souvent conseillées pour effectuer ces contrôles sont : - Le matin à jeun - Le soir avant le diner - Deux heures après le début du repas afin d'évaluer l'effet hyperglycémiant d'un aliment par exemple - Dans le diabète non traité par insuline, il n?est en général pas nécessaire de mesurer sa glycémie tous les jours lorsqu'aucune anomalie n?est constatée, sauf si le médecin le conseille - sensibiliser les diabétiques aux variations de la glycémie lors de la consommation de certains aliments ou lors de certaines activités physiques - débuter un nouveau traitement( anti diabétique oral ou insuline) - Modifier un traitement - Déséquilibre du diabète - Anomalies de la glycémie constatées lors d'un contrôle. - Appartion d'une autre maladie, d'une infection par exemple - Il semble néanmoins que de nombreux experts estiment qu'une surveillance plusieurs fois par jour soit nécessaire

Diabète : l'auto surveillance de la glycémie... ()

La glycémie peut être mesurée par le diabétique lui-même à l'aide d'un appareil à partir d'une goutte de sang prélevée à l'extrémité du doigt. Les mesures se réalisent avant et après les principaux repas et en cas de malaise. Le plus souvent, les valeurs normales visées pour un diabète équilibré sont les suivantes :Avant les repas : entre 0,80 et 1,20g/l.Après les repas : entre 1,40 et 1,60g/l.Rappelons que le diabète est défini par une glycémie à jeun supérieure ou égale à 1,26g/l.En savoir plus sur l'hypoglycémie...En dessous de 0,60g/l c'est l'hypoglycémie (transpiration, tremblements, palpitations, faim, fatigue, troubles du comportement, maux de tête). Il faut alors la faire remonter en mangeant du sucre ou éventuellement une petite collation (pain, fromage, fruits). En cas de coma, l'entourage doit faire une injection de glucagon. La cause est généralement un excès d'insuline dû à une activité physique sans diminution préalable des doses d'insuline, un repas sauté, certains médicaments (aspirine, anti-inflammatoires), la prise d'alcool, etc.

 Autres actualités


Formation au referencement
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation au referencement