Actualités Sports et loisirs > Un champignon pourrait sauver les biocarburants















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

Un champignon pourrait sauver les biocarburants

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

Un champignon pourrait sauver les biocarburants... ()

Et si un champignon changeait tout ? Les chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) mettent en avant les caractéristiques particulièrement adaptées du Trichoderma reesei pour dégrader les végétaux en sucres simples, composants principaux du.

Biologie > Utiliser un champignon pour produire des biocarburants végétaux... ()

L'activité enzymatique d'un champignon, trichosema reesei, permet la dégradation des végétaux en sucres simples, composants...

Champignons et biocarburants de seconde génération... ()

Trichoderma reesei, tel est le nom de ce champignon filamenteux, découvert durant la Seconde Guerre mondiale, dans le Pacifique Sud, où il était alors responsable de la dégradation des équipements de l'armée américaine. En effet, aucune toile de coton ne résistait à ce champignon dont le secret est de renfermer une batterie d'enzymes, des cellulases, aux propriétés catalytiques particulièrement performantes pour dégrader les végétaux. Aussi apparaît-il dans le monde entier comme La référence pour transformer la cellulose de la paroi végétale en sucres simples, ce qu'on appelle la saccharification, dont il se nourrit. Or après fermentation, ces sucres simples peuvent être facilement transformés en biocarburants, comme l'éthanol. Aussi, afin de percer les mystères de l'incroyable activité enzymatique de ce champignon filamenteux, l'équipe de glycogénomique dirigée par Bernard Henrissat, au sein du Laboratoire Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (CNRS/Universités de la Méditerranée et de Provence), spécialisée dans l'étude des enzymes de dégradation des sucres, a-t-elle procédé au décryptage de son génome, en collaboration avec des chercheurs américains. Ces travaux, dont les résultats sont publiés en ligne sur le site de la revue Nature biotechnology, révèlent que Trichoderma reesei ne possède qu'un nombre très faible de gènes codant pour des cellulases, très inférieur à ce qui est observé habituellement chez les champignons capables de dégrader la paroi de...

Un champignon glouton, espoir des biocarburants... ()

Une équipe de chercheurs de l'Université de la Méditerranée vient de décrypter le génome du Trichoderma reecei, un champignon qui pourrait permettre la production de biocarburants. - 21 EME

Un champignon pour fabriquer des biocarburants... ()

La cause est entendue : les agrocarburants, fabriqués par l'agriculture, conduiraient à un désastre écologique et alimentaire. On attend donc beaucoup des biocarburants dits de deuxième génération, réalisés à partir de débris végétaux. Un champignon dévoreur de vêtements pourrait peut-être nous y aider...L'histoire a paraît-il commencé durant la seconde guerre mondiale quand l'armée des Etats-Unis combattait dans le Pacifique sud un ennemi supplémentaire : Trichoderma reesei. Ce champignon microscopique était le coupable longtemps recherché de la destruction ma...

Un champignon redonne de l'espoir au bioéthanol... ()

Trichoderma reesei, c’est le nom de ce champignon filamenteux, découvert durant la Seconde Guerre mondiale, dans le Pacifique Sud, où il était alors responsable de la dégradation des équipements de l’armée américaine. En effet, aucune toile de coton ne lui résistait : ce champigon est équipé d’enzymes qui ont la capacité de transformer la cellulose [...]

Décryptage des mécanismes génétiques de la production d'enzymes : résultats prometteurs pour produire des biocarburants... ()

Une collaboration entre l'IFP, l'ENS, le Joint Genome Institute et le Pacific Northwest National Laboratory du DOE et l'Université technologique de Vienne Une équipe internationale de chercheurs issus de l'IFP, de l'École Normale Supérieure de Paris (ENS), de deux laboratoires (le Joint Genome Institute et le Pacific Northwest National Laboratory) du Ministère américain de l'Énergie (DOE), de l'Université technologique de Vienne et de la société de biotechnologie danoise Novozymes, vient de publier dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America) ? revue de référence en biologie - les premiers résultats de travaux menés sur les mutations de souches du champignon filamenteux Trichoderma reesei qui sécrètent de grandes quantités d'enzymes (cellulases) utilisées pour dégrader la biomasse. L'amélioration de la productivité des souches microbiennes sécrétant les enzymes permettant de transformer la cellulose en sucres est l'un des enjeux majeurs du développement de la filière éthanol de 2e génération (biomasse lignocellulosique). L'hydrolyse enzymatique nécessite, en effet, une grande quantité d'enzymes - 10 à 100 fois plus que les filières de 1re génération - dont la production à l'heure actuelle représente des coûts élevés. Le champignon Trichoderma reesei est le principal organisme producteur de cellulases utilisé par l'industrie. Il est cultivé dans des réacteurs fermés et...

Décryptage des mécanismes génétiques de la production d'enzymes : résultats prometteurs pour produire des biocarburants... ()

Une collaboration entre l'IFP, l'ENS, le Joint Genome Institute et le Pacific Northwest National Laboratory du DOE et l'Université technologique de Vienne Une équipe internationale de chercheurs issus de l'IFP, de l'École Normale Supérieure de Paris (ENS), de deux laboratoires (le Joint Genome Institute et le Pacific Northwest National Laboratory) du Ministère américain de l'Énergie (DOE), de l'Université technologique de Vienne et de la société de biotechnologie danoise Novozymes, vient de publier dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America) ? revue de référence en biologie - les premiers résultats de travaux menés sur les mutations de souches du champignon filamenteux Trichoderma reesei qui sécrètent de grandes quantités d'enzymes (cellulases) utilisées pour dégrader la biomasse. L'amélioration de la productivité des souches microbiennes sécrétant les enzymes permettant de transformer la cellulose en sucres est l'un des enjeux majeurs du développement de la filière éthanol de 2ème génération (biomasse lignocellulosique). L'hydrolyse enzymatique nécessite, en effet, une grande quantité d'enzymes - 10 à 100 fois plus que les filières de 1ère génération - dont la production à l'heure actuelle représente des coûts élevés. Le champignon Trichoderma reesei est le principal organisme producteur de cellulases utilisé par l'industrie. Il est cultivé dans des réacteurs fermés...

Décryptage des mécanismes génétiques de la production d'enzymes : résultats prometteurs pour produire des biocarburants... ()

Une collaboration entre l'IFP, l'ENS, le Joint Genome Institute et le Pacific Northwest National Laboratory du DOE et l'Université technologique de Vienne Une équipe internationale de chercheurs issus de l'IFP, de l'École Normale Supérieure de Paris (ENS), de deux laboratoires (le Joint Genome Institute et le Pacific Northwest National Laboratory) du Ministère américain de l'Énergie (DOE), de l'Université technologique de Vienne et de la société de biotechnologie danoise Novozymes, vient de publier dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America) ? revue de référence en biologie - les premiers résultats de travaux menés sur les mutations de souches du champignon filamenteux Trichoderma reesei qui sécrètent de grandes quantités d'enzymes (cellulases) utilisées pour dégrader la biomasse. L'amélioration de la productivité des souches microbiennes sécrétant les enzymes permettant de transformer la cellulose en sucres est l'un des enjeux majeurs du développement de la filière éthanol de 2ème génération (biomasse lignocellulosique). L'hydrolyse enzymatique nécessite, en effet, une grande quantité d'enzymes - 10 à 100 fois plus que les filières de 1ère génération - dont la production à l'heure actuelle représente des coûts élevés. Le champignon Trichoderma reesei est le principal organisme producteur de cellulases utilisé par l'industrie. Il est cultivé dans des réacteurs fermés...

Un champignon pour sauver les 4x4?... ()

BIOTECHNOLOGIE – Des chercheurs ont découvert comment s’y prend un champignon pour transformer le bois en biocarburant…

Inquiétude syndicale avant la nomination d'un PDG au CNRS... ()

Le principal syndicat de chercheurs, le SNCS-FSU (syndicat national des chercheurs scientifiques), s'inquiète de la nomination attendue en janvier d'un président à la tête du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui assurera aussi la direction générale du Centre.

Bientôt des champignons génétiquement modifiés pour produire des agrocarburants ?... ()

Pour dégrader toute sorte de matière végétale en sucres facilement transformables en alcool, les champignons semblent prometteurs. Le Trichoderma reesei dont le génome vient d'être décodé pourrait ainsi permettre la production d'agrocarburants.

Demande d'échantillons : silènes, oeillets et leur champignon parasite... ()

Je suis chargée de recherches CNRS à l'université Paris Sud, je travaille sur un champignon parasite de silènes et d'oeillets, Microbotryum, qui provoque la maladie du charbon des anthères. Le champignon produit ses spores dans les anthères à la place du pollen, stérilisant la plante, et étant ainsi transmis par les pollinisateurs. J'aimerais faire de la phylogeographie de ce champignon, c'est a dire regarder avec des outils génétiques les relations entre les champignons des différentes régions d'Europe. (...)

 Autres actualités


Formation referencement Google
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation referencement Google