Actualités Tourisme et voyage > Affaire Libby: Bush refuse de s'expliquer















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

Affaire Libby: Bush refuse de s'expliquer

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

Affaire Libby: Bush refuse de s'expliquer... ()

Le président américain George W. Bush a refusé mercredi d'expliquer sa décision de commuer la peine de prison de Lewis «Scooter» Libby, l'ancien bras droit du vice-président Dick Cheney.

Bush épargne la prison à l'ex-bras droit de Cheney... ()

Au risque de déclencher une tempête politique, le Président a gracié partiellement Lewis Libby pour ...

Dick Cheney attaque Barack Obama... ()

L'ex Vice Président lance l'offensive contre Barack Obama dans des conditions très violentes. L'ancien Vice-Président vient de critiquer férocement la nouvelle Administration Américaine. C'est un retour sur le devant de la scène particulièrement controversé tant les diverses implications de Cheney ont pesé lourd dans le résultat de novembre 2008. GW Bush a terminé son mandat en donnant le sentiment d'avoir acté un divorce irrémédiable avec l'opinion. C'est ce sentiment qui explique la décision présidentielle accordée à Lewis Libby, ex Chef de Cabinet de son Vice-Président. Ce sentiment n'a fait qu'accroître le fossé entre l'opinion et le Président. L'Irak a certes créé un climat interne insupportable dans la durée. Le Président est alors apparu coupé du pays. Mais surtout deux personnages ont fortement contribué à détériorer l'image de GW Bush : Karl Rove et Dick Cheney. Le premier est apparu comme le manipulateur en chef de l'opinion. Le second est apparu comme l'incarnation d'une Administration à la solde de très grands groupes d'affaires. Le retour de Dick Cheney n'est pas fait pour faciliter le retour en grâce du Parti Républicain.

Prison ferme pour l'ex-bras droit de Dick Cheney... ()

Lewis «Scooter» Libby a été condamné pour avoir menti à la justice lors d'un scandale politico-médiatique lié à la CIA et à la guerre en Irak. Il devrait faire appel.

USA : avis de tempête contre Bush après la grâce partielle de Libby... ()

L'opposition démocrate est déchaînée et la presse américaine très critique mardi après la décision du président George W. Bush d'épargner la prison à Lewis Libby, ex-responsable de la Maison Blanche condamné pour avoir menti à la justice.Le président s'est défendu mardi matin devant la presse: J'ai eu à prendre une décision très difficile, j'ai attentivement soupesé cette décision (...). J'ai pensé que le verdict du jury devait rester en vigueur, j'ai pensé que la sanction était sévère.C'était la bonne décision à prendre dans ce cas, et je m'y tiens, a-t-il insisté, sans pour autant se prononcer sur une éventuelle grâce complète: Pour l'avenir, je n'exclus rien, ni dans un sens, ni dans l'autre.Seul un président cliniquement incapable de comprendre qu'il faut affronter les conséquences de ses erreurs pouvait faire ce qu'il a fait, s'est emporté John Edwards, l'un des candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2008.Cette décision cimente l'héritage d'une administration marquée par une politique de cynisme et de division, a ajouté son rival, Barack Obama, alors que Hillary Clinton y voyait une preuve de plus que cette administration se considère tout simplement au dessus des lois.Du côté républicain, Rudy Giuliani a été l'une des rares voix à s'élever pour défendre la décision de M. Bush, qu'il a jugée raisonnable et correcte.Lewis Scooter Libby, 56 ans, ancien chef de cabinet du vice-président Dick Cheney, a été poursuivi pour avoir menti lors de l'enquête s...

«Je ne pense pas que George Bush doive présenter des excuses» · Dick Cheney estime que personne n'a vu venir la crise éc... ()

WASHINGTON -- Le vice-président américain Dick Cheney estime dans un entretien à l'Associated Press que George W. Bush n'a pas à rougir de s'être laissé surprendre par la crise économique et financière, parce que selon lui «personne ne l'a vue venir». (ARGENT)

Monde : Polémique aux Etats-Unis après la grâce partielle de Libby... ()

Les démocrates et la presse sont furieux après la décision de Bush d'épargner la prison à Lewis Libby, ex-responsable de la Maison Blanche condamné pour avoir menti à la justice

Dick Cheney, nègre officiel pour le livre de Bush... ()

Le livre de George Bush , déjà que personne n'en voulait . Et maintenant qu'il a trouvé un éditeur - Random House - l'ex-président américain annonce qu'il n'en est pas le véritable auteur...   Intitulé Decision Points , ces mémoires doivent re...Lire la suite | 15 commentaires

L'affaire Lewis Libby, c'est comme...rien finalement... ()

Comme tout le monde sauf George W. Bush, je suis pour le moins inconfortable devant la décision du président américain de sauver son ami Libby de la prison. Et quand je rumine, j'essaye de mettre les choses en perspective et de me trouver des comparaisons. Mais j'arrive pas à trouver de comparaisons canadiennes à la hauteur de l'affaire Libby. Est-ce que ça serait l'équivalent d'avoir un premier ministre libéral, Martin ou Chrétien, qui passe par-dessus les cours de justice pour renverser une décision d'envoyer des gens du scandale des commandites en prison? En fait non, parce que le scandale des commandites, aussi inacceptable soit-il, n'a pas mis la vie de personne en danger. Les agissements de Lewis Libby auraient pu coûter la vie d'une agente secrète de la CIA. Bref, je ne trouve pas d'équivalent. Mais imaginez deux secondes que Jean Chrétien soit encore premier ministre et qu'il décide de renverser les condamnations à la prison des gens des commandites (je sais, je sais, techniquement ça ne se fait pas dans notre structure gouvernementale canadienne mais on jase là). Imaginez le tollé. Vu comme ça, je comprends que les Américains ne soient pas contents du tout. Un commentaire d'un télé-éditorialiste américain qui mérite d'être écouté (via Patrick Lagacé):

Le vice-président américain Dick Cheney en Afghanistan avant le sommet Otan... ()

Le vice-président américain Dick Cheney et le président afghan Hamid Karzaï ont lancé jeudi un...

L'administration Obama remet à sa place Dick Cheney... ()

Washington - La Maison Blanche a vertement répliqué lundi aux critiques de l'ancien vice-président Dick Cheney. Elle a souligné que l'ex-n°2 américain était mal placé pour prodiguer des conseils sur l'économie et la lutte contre le terrorisme. M. Cheney, vice-président de George W. Bush pendant huit ans jusqu'au 20 janvier, est sorti de sa retraite dimanche pour une première interview. Il y a fustigé les politiques économiques du nouveau président Barack Obama et (...) - Actualité

George Bush refuse un "dialogue sans fin" avec la Russie sur l'indépendance du Kosovo... ()

Alors qu'il effectuait la première visite d'un président américain en exercice en Albanie, voisine du Kosovo, George Bush a prononcé ses propos les plus tranchés à ce jour sur la question.

Etats-Unis : Cheney critiqué par un ancien vice-président... ()

L'ancien vice-président américain Walter Mondale accuse l'actuel occupant du poste, Dick Cheney, de disposer d'un pouvoir sans précédent au sein de l'administration Bush, dans une tribune acerbe publiée dimanche par le Washington Post. Il critique également son goût du secret. Walter Mondale, vice-président de Jimmy Carter de 1977 à 1981, affirme que M. Cheney a conduit la Maison Blanche à se rendre coupable de grands excès et d'avoir outrepassé son autorité. Selon lui, depuis le 11 (...) - Actualité

Bush attaquera-t-il l'Iran ?... ()

Le Monde, 26 septembre – Par Corine Lesnes - George Bush attaquera-t-il l'Iran ? Une nouvelle fois, le président américain est décrit le doigt sur la détente ou, sinon lui, son vice-président Dick Cheney. L'enlisement de l'armée américaine en Irak ne les dissuaderait pas : l'attaque serait effectuée par l'aviation et porterait sur les 2 000 cibles qui auraient été repérées par le Pentagone. La théorie des néoconservateurs selon laquelle l'Irak ne retrouvera la stabilité que lorsque la crise avec Téhéran sera réglée triompherait.

Cheney et Obama : des cousins éloignés, selon Mme Cheney... ()

Le vice-président américain Dick Cheney, un républicain conservateur blanc, est un cousin éloigné de Barack Obama, sénateur noir de l'Illinois et prétendant démocrate à la Maison Blanche, a déclaré mardi soir la femme du vice-président Lynne Cheney.

 Autres actualités


Formation referencement
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation referencement