Actualités Economie > John Edwards se retire de la course à la Maison blanche















Dictionnaire en ligne  
Définitions Sigles Participez !
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
Rechercher

Rejoignez-nous sur la page Facebook Dicodunet

John Edwards se retire de la course à la Maison blanche

 Liens sponsorisés

 Actualités

Voici une compilation des sources d'information sur ce sujet :

Barack Obama rencontre John Edwards... ()

Barack Obama s'est rendu hier en Caroline du Nord pour rencontrer John Edwards. Un accord marquerait un tournant décisif dans la primaire démocrate. John Edwards représente une base électorale idéalement complémentaire de celle de Barack Obama. Edwards est le représentant de la classe moyenne blanche très influente dans l'Amérique profonde. Si l'accord de soutien devait être scellé rapidement, ce serait une accélération précieuse pour Obama qui peut légitimement craindre le pire de l'affrontement dans la durée avec Hillary Clinton.

Présidentielle USA 2008 : Trippi rejoint Edwards... ()

Joe Trippi, ancien National Campaign Manager (directeur de campagne) du démocrate Howard Dean lors de l'élection présidentielle 2004 (dans laquelle le démocrate John Kerry fut battu par Georges Bush) a annoncé qu'il vient de rejoindre l'équipe du démocrate John Edwards,...

L'ancien sénateur John Edwards reconnaît avoir eu une liaison adultère... ()

John Edwards, ancien candidat à la vice-présidence des Etats-Unis et l'une des figures les plus populaires du parti démocrate, a semé la consternation dans son camp en confirmant vendredi une liaison adultère dont le tout Washington s'était fait l'écho depuis plusieurs semaines.

Présidentielle USA 2008 : John Edwards et les réseaux sociaux... ()

Un article du Washington Post, titré Grass Roots Planted In Cyberspace, avec en introduction (chapo dans le vocabulaire journalistique) : John Edwards's Campaign Leads the Field In Political Use of Social Networking Sites (La campagne de John Edwards est...

John Edwards devient le personnage clef de la primaire démocrate... ()

Si John Edwards annonce son soutien définitif à Barack Obama il lui apporte l'électorat de la classe moyenne blanche qui complètera idéalement l'électorat classique d'Obama. John Reid Edwards est né le 10 juin 1953. En 2004, il fut candidat aux primaires américaines au sein du Parti Démocrate. Il s'installe progressivement comme le principal concurrent de John Kerry avant de se retirer puis d'annoncer son ralliement à John Kerry. A ses côtés, il a effectué un parcours de candidat à la Vice-Présidence dans des conditions particulièrement performantes. Auparavant, il s'était fait remarquer dans trois circonstances particulières. Tout d'abord, sur le plan professionnel, il a fait fortune comme avocat en engageant des procès retentissants contre des grandes sociétés accusées d'avoir lésé des consommateurs en particulier face à des cigaretiers. Ensuite, lors de la procédure d'impeachment contre le Président Clinton, il fut l'un des avocats les plus exposés dans la défense du Président ; ce qui lui assura une reconnaissance rapide au sein du Parti Démocrate. Enfin, il devint Sénateur de la Caroline du Nord à l'issue d'une campagne au ton novateur se voulant en permanence le champion des gens ordinaires. Issu d'un milieu modeste, John Edwards a gardé un ton populiste. Son physique télégénique lui a assuré une rapide notoriété. Sur le terrain, John Edwards multiplie les rencontres à thèmes : visites d'usines, hôpitaux? Toutes ces visites sur le terrain ont un point commun : al...

L'aveu de l'ex-sénateur John Edwards... ()

L'ex-sénateur John Edwards, une des figures démocrates les plus populaires, vient d'admettre une liaison adultère. Selon Barack Obama, il renoncera probablement à intervenir devant la convention du parti fin août.

Barack Obama pourrait être le grand vainqueur du Super Tuesday... ()

Après le retrait de John Edwards, le duel démocrate devrait tourner à l'avantage de Barack Obama. Chez les démocrates, 2 064 délégués sont à désigner mardi 5 février dans 22 Etats. Pour l'instant, Clinton est en tête avec 232 délégués devançant Obama (158 délégués). L'électorat de John Edwards désormais disponible devrait rallier majoritairement Obama offrant à celui-ci une palette très complémentaire de couches électorales. En effet, Edwards captait efficacement la middle class blanche. Les échanges avec Clinton ont été âpres. Les coups bas contre Edwards ont été attribués au clan Clinton. Par conséquent, même en l'absence de recommandation officielle, Obama devrait profiter du retrait Edwards. Cette situation pourrait faire la différence au moment où dans les enquêtes fédérales Obama et Clinton sont au coude à coude.

John Edwards se met sur les rangs pour un ticket avec Obama... ()

John Edwards tend publiquement la main à Barack Obama pur constituer le ticket démocrate 2008. Sur la chaîne ABC, John Edwards annonce qu'il prendra au sérieux tout ce qu'Obama lui demandera d'envisager. John Reid Edwards est né le 10 juin 1953. En 2004, il fut candidat aux primaires américaines au sein du Parti Démocrate. Il s'installe progressivement comme le principal concurrent de John Kerry avant de se retirer puis d'annoncer son ralliement à John Kerry. A ses côtés, il a effectué un parcours de candidat à la Vice-Présidence dans des conditions particulièrement performantes. Auparavant, il s'était fait remarquer dans trois circonstances particulières. Tout d'abord, sur le plan professionnel, il a fait fortune comme avocat en engageant des procès retentissants contre des grandes sociétés accusées d'avoir lésé des consommateurs en particulier face à des cigaretiers. Ensuite, lors de la procédure d'impeachment contre le Président Clinton, il fut l'un des avocats les plus exposés dans la défense du Président ; ce qui lui assura une reconnaissance rapide au sein du Parti Démocrate. Enfin, il devint Sénateur de la Caroline du Nord à l'issue d'une campagne au ton novateur se voulant en permanence le  champion des gens ordinaires . Issu d'un milieu modeste, John Edwards a gardé un ton populiste. Son physique télégénique lui a assuré une rapide notoriété. Candidat lors des primaires 2008, il a développé des thèmes novateurs dont : * le caractère immoral d'acceptation d'un...

John Edwards ou la descente aux enfers... ()

L'ancien candidat démocrate est désormais exposé aux conséquences familiales et judiciaires pour son adultère. Toutes les fées avaient longtemps accompagné John Edwards. John Reid Edwards est né le 10 juin 1953. En 2004, il fut candidat aux primaires américaines au sein du Parti Démocrate. Il s'installe progressivement comme le principal concurrent de John Kerry avant de se retirer puis d'annoncer son ralliement à John Kerry. A ses côtés, il a effectué un parcours de candidat à la Vice-Présidence dans des conditions particulièrement performantes. Auparavant, il s'était fait remarquer dans trois circonstances particulières. Tout d'abord, sur le plan professionnel, il a fait fortune comme avocat en engageant des procès retentissants contre des grandes sociétés accusées d'avoir lésé des consommateurs en particulier face à des cigaretiers. Ensuite, lors de la procédure d'impeachment contre le Président Clinton, il fut l'un des avocats les plus exposés dans la défense du Président ; ce qui lui assura une reconnaissance rapide au sein du Parti Démocrate. Enfin, il devint Sénateur de la Caroline du Nord à l'issue d'une campagne au ton novateur se voulant en permanence le  champion des gens ordinaires . Issu d'un milieu modeste, John Edwards a gardé un ton populiste. Son physique télégénique lui a assuré une rapide notoriété. Il a participé à la primaire 2008. Tout bascule quand est révélée une liaison avec une jeune femme de son équipe de campagne alors même que son épouse ...

Le scandale sexuel Edwards pousse des médias américains à l'introspection... ()

Préjugés favorables aux démocrates, fin d'une époque pour l'information sérieuse, voire manque de professionnalisme? L'éclatement du scandale sexuel impliquant l'ancien candidat à la Maison Blanche John Edwards pousse certains médias américains à l'introspection.

Le scandale sexuel Edwards pousse des médias américains à l'introspection... ()

Préjugés favorables aux démocrates, fin d'une époque pour l'information sérieuse, voire manque de professionnalisme? L'éclatement du scandale sexuel impliquant l'ancien candidat à la Maison Blanche John Edwards pousse certains médias américains à l'introspection.

John Edwards met en cause Bill Clinton... ()

John Edwards lance ses ultimes forces dans la bataille. Il met en cause une partie de la politique économique de Bill Clinton qu'il accuse d'avoir sacrifié des emplois. Au moment où le sondage USA Today donne Hillary Clinton largement en tête chez les démocrates avec 22 points d'avance sur Barack Obama, John Edwards (placé en troisième position) cherche à réintroduire Bill Clinton dans la campagne présidentielle. Ce dernier se tient à l'écart de la campagne. Il multiplie les voyages à l'étranger et plus particulièrement en Afrique. John Edwards accuse Bill Clinton d'avoir sacrifié des emplois par certains aspects d'accords en 1993. La campagne devrait se durcir car John Edwards se doit de recoller au peloton de tête pour garder des chances de rester dans la compétition.

John Edwards accusé de toujours mentir sur sa relation extra-maritale... ()

CBS ouvre l'antenne aux révélations d'une amie de la liaison de John Edwards qui accuse ce dernier de toujours mentir y compris sur la paternité de son enfant. C'est un entretien choc d'une amie qui veut défendre la vérité et qui accuse John Edwards de toujours mentir. Dans cet entretien, tout est passé en revue : de la durée de la liaison jusqu'à la paternité. A l'issue, John Edwards apparaît comme un piètre personnage irresponsable et surtout indigne des sentiments solides qui ont fondé cette liaison à l'origine. Dans cette escalade, John Edwards se doit désormais à de nouvelles explications. Son image de marque ne devrait pas s'en remettre. C'est un coup dur pour le parti démocrate. C'est un coup dur pour Barack Obama qui comptait sur son soutien pour toucher les classes moyennes blanches toujours réticentes et qui constituaient le fonds de commerce de John Edwards.

Barack Obama s'approche du soutien public officiel de John Edwards... ()

Barack Obama a bien franchi une étape décisive le 6 mai. Il suffit de constater les commentaires dans la presse US mais aussi les soutiens nouveaux de grands délégués pour constater qu'un nouveau climat est né. Il ne manque que l'officialisation du soutien de John Edwards pour changer de dimension en captant la middle class blanche qui a tant fait défaut à Obama. Sur MSNBC, John Edwards a laissé entendre qu'il avait voté Obama lors du scrutin de Caroline du Nord. Il a même ajouté considérons simplement que Barack sera investi. Cette déclaration est un exemple des soutiens qui arrivent désormais de personnalités du parti démocrate. Selon ABC, Obama compterait désormais davantage de grands délégués que Clinton ; ce qui serait un camouflet terrible pour la Sénatrice. Le New Yortk Times s'est désolidarisé d'Hillary Clinton dans des termes très sévères. Bill Clinton multiplie les confidences annonçant la perspective d'un retrait de son épouse. Si Obama peut annoncer une victoire probable dans le camp des grands délégués, Hillary Clinton ne pourra prendre le risque de perdre sur tous les tableaux : * Obama a gagné plus d'Etats, * il a levé plus de fonds, * il a gagné plus de délégués par le vote populaire direct. Hillary Clinton doit garder le doute sur le vote des grands délégués pour que son retrait soit volontaire et non pas le simple constat d'un échec total après un entêtement sévèrement jugé. Dans ces circonstances, le retrait pourrait intervenir dès la période du 5 ...

 Autres actualités


Formation referencement Google
Formation au référencement par les spécialistes en référencement de Ranking Metrics : conférence le matin, atelier pratique l'après-midi.

Formation referencement Google